Présentation

Présentation des T-Time

Les T-Time 

C’est un temps de rencontre, d’échange et de soutien entre personnes trans, intersexuées et/ou en questionnement d’identité (pas de personnes cisgenres pendant les T-Time), quels que soient nos parcours et modes de vie. On peut y aborder des thèmes comme : les parcours de transition, l’intersexuation, la santé, les proches, les discriminations, les relations affectives et sexuelles… Cela permet de se retrouver, partager du commun et du différent et parfois trouver des solutions ensemble !  Vous pouvez si vous le souhaitez vous changer sur place.

Ils ont lieu une fois par mois dans les locaux de Aides ou du Planning familial 13. Nous essayons d’alterner: un soir en semaine de 19h à 21h ( à Aides)  et un samedi de 16h à 19h ( au Planning Familial 13) afin que tousTEs puissent venir selon son emploi du temps.

Pour connaitre la date des prochains T-Time, vous pouvez consulter notre calendrier dès septembre.

Attention: 

  • Cet espace / temps n’est pas ouvert aux personnes cis ( personnes non trans, sauf exceptions validées) et dyadiques ( personnes qui ne sont pas intersexuées). Si vous ne comprenez pas le principe politique de non  mixité ou de mixité choisie vous pouvez lire ce court article:

« La ségrégation, c’est-à-dire la séparation imposée, l’accès réservé à certaines places ou certains espaces sociaux, est une des principales formes que prend la domination – que ce soit la domination des riches sur les pauvres, celle des hommes sur les femmes ou celle des blancs sur les non-blancs. Mais ce n’est pas la seule : de nombreux mécanismes de domination perdurent au sein même des espaces sociaux mixtes, malgré la mixité, voire parfois grâce à elle. C’est ce que montre Christine Delphy dans le texte qui suit : la mixité n’est pas en elle-même un bien qu’il faudrait opposer sans discernement à une non-mixité forcément « enfermante » et « étouffante » ; la non-mixité n’est en fait oppressante que lorsqu’elle est subie, au même titre que peut être oppressante une mixité ou une proximité subie. Et si la mixité choisie (ou plus exactement : la possibilité de choisir – ou pas – la mixité) constitue un objectif pour les dominé-e-s, le chemin qui y mène passe nécessairement par des moments de non-mixité choisie. »

http://lmsi.net/La-non-mixite-une-necessite

  • Le principe d’autodétermination est un principe féministe et  fondateur pour nos communautés: nous savons mieux que personne qui nous sommes et ce ne sont  pas des psychiatres ni des équipes dites pseudo-officielles, ni des chirurgiens qui mutilent des personnes intersexuées qui détiennent ce sésame sur nos vies en France, qui ont à nous dire comment vivre nos multitudes. Cependant, nous avons eu quelques intrusions de personnes cis et dyadiques au cours des T-Time (sociologues, artistes, psychologues, ou tout personne s’estimant avoir un droit de curiosité sur nous…): Nous ne sommes pas des objets d’études pour les personnes cis et dyadiques, ni un freaks’ show et nous n’avons aucun devoir à vous faire de la pédagogie ( nous le faisons déjà quotidiennement). Vous, personnes cis et dyadiques , n’êtes en aucune mesure, légitimes pour venir dans ces espaces , nous poser des questions que vous ne poseriez pas à d’autres, nous demander ce que nous sommes… Et nous faisons de la pédagogie en tant qu’association lors de certains événements  et  vous pouvez  commencer aussi par parcourir notre site et vous informer par vous-mêmes. 

Présentation des T-Time proches

Les T-Time proches

Ce T-Time ouvert aux proches est un moment de convivialité, de soutien  et de  partage d’expériences entre proches de personnes trans, intersexuées et / ou en questionnement d’identité dans une dynamique d’auto-support.Nous entendons par « proches », toute personne dont le quotidien est impacté par « la transition » ( quelle qu’elle soit) ou l’intersexuation d’une personne: cela peut être la « famille de sang » ,  la « famille choisie », un.e partenaire, un.e amant.e ( pas d’une nuit), un.e conjoint.e ou un.e ami.e qui accompagne la personne trans et / ou intersexuée.

Ils ont lieu, en général, dans les locaux de Aides . Leur fréquence est au minimum d’ une fois par trimestre.

Pour connaitre la date des prochains T-Time proches, vous pouvez consulter notre calendrier dès septembre.

Attention: 

  • Les T-Time proches ne sont pas un espace / temps où l’on viendrait pour s’informer sur les questions trans et intersexes, c’est un espace/ temps pour des proches directement concerné-es.
  • Les T-Time pour les proches est comme son nom l’indique pour les proches. Cette non-mixité est importante afin que les personnes proches puissent avoir un espace / temps qui est le leur et sans avoir de personnes trans proches qui les empêchent d’exprimer ce qu’elles ont à dire…( exceptionnellement et pour une seule fois, si ce n’est pas possible autrement nous dérogeons à cette règle, mais se servir d’une exception pour en faire la règle est une nuisance à cet espace / temps) ce n’est pas le lieu pour emmener ses ami-es d’enfance ni toustes ses ami-es.

Nos revendications !

Le T-Time est une association féministe d’auto-support faite par des personnes trans pour des personnes trans et / ou intersexes et en questionnement,  basée sur l’autodétermination des personnes.

Ses  fondements politiques sont  constitués par  les revendications citées ci-dessous:

  •  La dépathologisation des transidentités, leur retrait du Manuel Diagnostique et Statistique des troubles Mentaux (DSM V) et leur reclassification dans une catégorie non pathologisante dans la Classification Internationale des Maladies (CIM 10)
  • La dépsychiatrisation effective des transidentités parce qu’il est intolérable que les différentes étapes de la transition restent soumises au bon vouloir des psychiatres
  •  La reconnaissance de la transphobie comme discrimination au même titre que le racisme ou l’homophobie, et par conséquent, la prise en compte de la transphobie par le Défenseur des Droits (remplaçant la HALDE)
  • la fin des mutilations, stérilisations, traitements hormonaux non consentis sur des personnes intersexes quel que soit leur âge, c’est-à-dire le respect de leur intégrité physique. Cela implique le respect des droits des “malades” (puisque c’est ainsi que nous étiquettent les médecins) tels qu’établis dans la loi Kouchner, ainsi que l’abandon du terme “trouble du développement sexuel” qui les légitimise… ainsi que toutes les revendications du  Collectif Intersexes & Allié.e.s (CIA) et de l’Organisation Internationale des Intersexes (O.I.I).

Lire ici

https://oiifrancophonie.org/

  • la suppression de la mention de sexe ou de genre à l’état-civil, ainsi que le changement de prénom, et en attendant sa suppression, de genre, sur simple demande en mairie, librement et gratuitement, c’est-à-dire le respect du droit à l’autodétermination des personnes. Dans le même esprit nous visons la fin de la ségrégation sexuée de la société.
  • Un réel échange entre la Hautre Autorité de Santé, le Ministère de la Santé, les personnes trans et les associations qui les représentent, pour que les trans, qui sont les premierEs concernéEs, soient enfin acteursRICES dans la révision du rapport sur la prise en charge des transidentités en France
  • Un accès libre et gratuit au changement d’état civil sur simple demande 
de la personne, c’est-à-dire 
la suppression des obligations de traitement hormonal, de suivi psychiatrique, d’opérations chirurgicales et plus précisément la suppression immédiate de la stérilisation forcée des personnes trans exigée par la plupart des tribunaux, ainsi que la suppression du recours aux expertises médicales,humiliantes et souvent vécues comme des viols, et ce y compris pour les personnes ayant été opérées à l’étranger.
  •  La dissolution complète des équipes hospitalières dites « officielles »
  •  Le respect de l’article R4127-6 du code de Sécurité Sociale qui garantit à chacunE le libre choix de son médecin
  • Le remboursement à 100% des frais médicaux de transition sans condition
  •  Des études épidémiologiques sur la santé des personnes trans, et en particulier sur la prévalence du VIH-Sida
  •  Des campagnes de prévention contre le VIH, les Hépratites et les IST en direction des personnes trans
  • La prise en compte par les médias du kit « Accord Trans Media Watch » et / ou du kit de l’AJL.

Le  T-Time soutient et est partie prenante des revendications 2016 du collectif Existrans citées-ci dessous et de la F.T.I. ( Fédération Trans et Intersexes) :

• Le changement d’état-civil libre et gratuit devant un officier d’état-civil, sans condition médicale (ni stérilisation ni suivi psychiatrique), sans homologation par un juge.

• Le libre choix des parcours médicaux, sur la base du consentement éclairé, avec le maintien des remboursements en France et à l’étranger.

• Le démantèlement des équipes et protocoles hospitaliers et la formation des médecins et chirurgiens français pour un suivi médical de qualité, respectueux et dépsychiatrisé.

• La formation et la sensibilisation des personnels en contact avec les personnes trans et intersexes (santé, éducation, social, administratif, justice, prisons, etc.), en lien avec les associations trans et intersexes.

• La mise en place de mesures pour favoriser l’accès au monde du travail et aux études et pour protéger les salariéEs trans et intersexes.

• Le financement de campagnes de sensibilisation, en collaboration avec les associations trans et intersexes, pour lutter contre la transphobie et pour la visibilité des personnes trans et intersexes.

• Le financement de la recherche et de la communication sur la santé des personnes trans et intersexes et de leurs partenaires (VIH/sida, hépatites, IST, effets des traitements à long terme, interactions médicamenteuses, etc.).

• L’abandon des lois contre le travail du sexe précarisant et mettant en danger les personnes trans et intersexes concernées et l’abandon des lois pénalisant les clientEs. *

• Le respect des droits humains pour les personnes trans et intersexes en milieu carcéral.

• La reconnaissance et la prise en compte de l’extrême fragilité sociale des personnes trans et intersexes migrantEs sans papiers dans les demandes de régularisation et les demandes d’asile.

• L’arrêt immédiat des opérations et des mutilations sur les enfants Intersexes, l’accompagnement psychologique de leurs parents et l’accompagnement à l’auto-détermination des Intersexes, conformément à la résolution 1952 (2013) du Conseil de l’Europe pour le droit des enfants à l’intégrité physique.

• L’accompagnement des enfants et adolescents dans leur autodétermination, y compris le respect et la protection de toute expression de genre, le respect des prénoms et genre choisis, notamment dans le cadre scolaire, l’accès sur la base du consentement éclairé aux traitements hormonaux et/ou bloquant la puberté, comme aux autres traitements ou opérations, et l’accès au changement d’état-civil.

• L’accès à la PMA et le respect des droits des parents trans et intersexes, notamment par la modification des actes officiels des enfants et des partenaires.

• La prise en compte par les médias du kit de l’Association des Journalistes LGBT (AJL) pour le respect des personnes trans et intersexes.

http://existrans.org/

Règlement intérieur

Le T-Time est une association féministe  d’auto-support faite par et pour des personnes Trans et/ ou Intersexes et en questionnement.

Ce règlement concerne l’espace-temps mensuel du T-Time :

  • Article 1 : Le T-Time se déroule entre personnes trans, intersexuées et / ou en questionnement d’identitéS (pas de personnes cisgenres pendant les T-Time)
  • Article 2 :  Quels que soient les modes et parcours de vie de chacun.e, c’est l’autodétermination des personnes qui prime :

– Il n’y a pas de trajectoire type, ni de trajectoire d’existence meilleure qu’une autre et chacun.e est la/le propre expert.e de sa trajectoire de vie.

– Personne n’est autorisé à dire ou valider le genre d’une autre personne.

– Personne n’est autorisé à se déclarer posséder une quelconque légitimité d’expertise.

– Les jugements et à priori sur les physiques des personnes, leur genre, leur classe sociale, leur « racisation », etc…, sont proscrits.

  •  Article 3 : Il convient de respecter tous les parcours de vie et de tous les choix des personnes sans jugement ni hiérarchisation.

– Toutes les personnes, y compris celles qui sont suivies dans un protocole hospitalier, sont les bienvenues. Si leur choix est de passer par une équipe hospitalière, le but du T-Time est de  les accompagner au mieux ; suivant les choix et désirs des personnes, mais  nous sommes très critiques par rapport à la violence et à la transphobie des équipes hospitalières. Ainsi, il ne sera toléré aucune apologie de ces équipes.

  •  Article 4 : Les propos racistes, sexistes, homophobes, lesbophobes, transphobes, validistes, etc… ne sont pas acceptés.

– En cas de propos et/ou d’actes conscients et répétés ne respectant pas cela, la personne ne sera plus la bienvenue au T-Time.

FTI : La Fédération Trans et Intersexes

Constitution de la première instance inter-associative trans et intersexes de France

Communiqué de la réunion inter-associative du Samedi 18 mars 2017:

« Samedi 18 mars 2017 se déroulait à Paris la toute première rencontre inter-associative trans-intersexes de France. Historique, cette rencontre destinée à la création d’un collectif national s’inscrit dans le cadrage revendicatif du collectif Existrans. Nos associations et collectifs de toute la France partageant des revendications communes fortes se réunissent dans un but commun : faire avancer la cause des personnes trans et intersexes en France, victimes de nombreuses discriminations au quotidien.

Cette interassociative est créée quatre mois après la publication de la loi du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIème siècle (comprenant, entre autre, de nouvelles procédures relatives aux changement de prénom et d’état civil). Cette loi, par le biais d’arbitraires administratifs discriminants et aléatoires, nous précarise toujours autant que précédemment ! En effet, les conditions inadmissibles dans lesquelles les demandes de changement de prénom pour les personnes trans et intersexes sont traitées nous obligent à nous unir, afin de lutter contre un gouvernement sourd aux réclamations des associations concernées, et qui exprime par son inaction générale une réelle volonté de nuire à l’obtention complète de nos droits fondamentaux. Cependant, ce nouveau cadre ne se limitera pas au travail sur cette loi et s’inscrit dans le temps long en visant une construction pérenne sur bien d’autres chantiers : santé, parentalité, éducation…

Composé uniquement d’associations et de collectifs trans et intersexes de France, cette instance a vocation à se baser sur le principe d’autonomisation et de réappropriation des luttes qui nous concernent afin de nous émanciper de l’emprise de divers cadres qui ont trop longtemps parlé et agi à notre place. C’est donc dans cette nécessité urgente que les associations et collectifs présents ce jour ont, à l’unanimité, pris la décision forte et historique d’unir leurs énergies et leurs compétences en un collectif représentatif de nos luttes.
Cette première réunion constitue le point d’ancrage des prochaines actions du collectif. »
Associations signataires: Acceptess Transgenres  (Paris), Association Nationale Transgenre, C’est Pas Mon Genre (Lille), Prendre Corps (Picardie), TRANS INTER action (Nantes), Chrysalide (Lyon), CIA (Collectif Intersexes et Allié.e.s), OuestTrans (Bretagne),  OUTrans (Paris), T-Time (Marseille), Trans-info (07/43/48), RITA (Grenoble), Clar T (Toulouse).

Le site de  la Fédération Trans et Intersexes :

http://www.fedetransinter.org/

Le facebook :

https://www.facebook.com/fedetransinter/